Comment obtenir la vérité dans sa vie : La dernière fugitive – L’éducation – Unorthodox

Comment obtenir la vérité dans sa vie quand depuis notre plus tendre enfance nous sommes sous la coupe de l’enseignement et donc, la vision de l’existence, de nos parents!? Comment obtenir cette vérité sans condamner tous ceux qui n’ont pas la même que nous? Comment savoir que nous détenons NOTRE vérité ? C’est ce que je vous propose de découvrir au travers de trois ouvrages à la fois très différents et si proches en même temps…

Comment obtenir la vérité dans sa vie

Trois livres de femmes, donc, et trois femmes qui nous ouvrent un horizon différent sur des cultures, sur des religions, sur des croyances différentes : les quakers, les mormons et les hassidims..

Or quand on sait que se sont nos croyances qui forgent nos vies, on imagine aisément que trouver sa propre vérité là-dedans, va se révéler être un vrai tour de force…

C’est la quête de soi, la connaissance de soi qui joue pleinement son rôle ici..

Comment obtenir la vérité dans sa vie : présentation des auteurs

Tracy Chevalier

Tracy Chevalier est née à Washington en 1962. En 1984 elle part pour un séjour de six mois à Londres, mais va finalement rester en Angleterre pour y fonder sa famille et commencer à travailler dans l’édition.

Ses écrits sont publiés dans le magazine Fiction, avant que son premier roman, ‘La Jeune fille à la perle’, ne lui apporte un grand succès en 1998.

Dès cette période, ses ouvrages se diffusent à grand échelle et chaque nouvelle parution est un événement fortement attendu de tous ses lecteurs !

Ici, je vais vous parler de son roman : La dernière fugitive.

***

Tara Westover

 

 

Tara Westover est née en Amérique en  à Clifton, dans l’Idaho. Elle est connu pour son ouvrage autobiographique : Education.

 

 

 

***

Deborah Feldman

Deborah Feldman est  née le  à New York. Elle grandit dans la communauté hassidique Satmar à Williamsburg, Brooklyn. Elle est élevée par ses grands-parents, sa mère ayant quitté la religion hassidique et son père souffrant de troubles mentaux. Sa langue maternelle est le yiddish. Elle apprend l’anglais en cachette en fréquentant la bibliothèque du quartier. Elle se marie à dix-sept ans (mariage arrangé) et devient mère à dix-neuf ans.

En 2006, elle quitte Williamsburg avec son mari. Elle convainc ce dernier de la laisser étudier la littérature au Sarah Lawrence College. En , après un accident de voiture, elle décide de quitter son mari et la communauté hassidique avec son fils alors âgé de trois ans.

En 2012, elle écrit un récit autobiographique sur un blog. La même année, elle publie son autobiographie, Unorthodox : The Scandalous Rejection of My Hasidic Roots.

En 2014, elle déménage à Berlin en Allemagne, où elle s’installe dans le quartier de Neukölln. Ses livres sont traduits en allemand et en différentes langues. Ses deux premiers ouvrages sont écrits en anglais. Depuis, elle écrit en allemand.

Résumés

La dernière fugitive

1850. Après un revers sentimental, Honor fuit les regards compatissants des membres de sa communauté quaker. Elle s’embarque pour les Etats-Unis avec sa sœur, Grace, qui doit rejoindre son fiancé. A l’éprouvante traversée s’ajoute bientôt une autre épreuve : la mort de Grace, emportée par la fièvre jaune.

Honor décide néanmoins de poursuivre son voyage jusqu’à Faithwell, une petite bourgade de l’Ohio. C’est dans cette Amérique encore sauvage et soumise aux lois esclavagistes, contre lesquelles les quakers s’insurgent, qu’elle va essayer de se reconstruire.

Portrait intime de l’éclosion d’une jeune femme, témoignage précieux sur la vie des quakers et le « chemin de fer clandestin » ce réseau de routes secrètes des esclaves en fuite.

Une éducation

Tara Westover n’a  jamais eu d’acte de naissance. Ni de dossier scolaire, car elle n’a  jamais fréquenté  une salle de classe. Pas de dossier médical non plus, parce que son père ne croyait pas en la médecine, mais à la Fin des temps.
Enfant, elle a regardé  son père mormon s’enfermer dans ses convictions, et son frère céder  à la violence. Et, à seize ans, Tara décide  de s’éduquer toute seule. Son combat pour la connaissance la mènera  loin des montagnes de l’Idaho, au-delà des océans, d’un continent à l’autre, d’Harvard à Cambridge. C’est à ce moment seulement  qu’elle se demande si elle n’est  pas allée trop loin. Lui reste-t-il un moyen de renouer avec les siens ?
Une éducation est le récit d’une  construction  de soi, l’histoire d’une fidélité farouche envers la famille, et du chagrin dû à la rupture. Forte de la lucidité qui constitue la marque des  grands auteurs, Tara Westover nous livre son expérience singulière : son combat pour  entrer  dans l’âge adulte grâce à  une éducation qui  lui a appris à penser, à douter, tout en restant fidèle à elle-même.

Unorthodox

Dès qu’elle a senti ce petit être au creux de ses bras, si fragile, Deborah Feldman a su ce qu’elle devait faire. A peine âgée de 19 ans, elle a toujours vécu au sein de la communauté hassidique Satmar. Elle a toujours suivi les principes implacables qui régissent les moindres détails de sa vie  : ce qu’elle peut porter, à qui elle peut parler… Tous les principes sauf celui de ne pas lire de littérature. Les moments de lecture volés de son enfance, passés à découvrir les êtres de papier indépendants et fiers de Jane Austen et Louisa May Alcott, lui ont donné envie de découvrir une autre vie, au milieu des gratte-ciel de Manhattan.
Elle sait qu’il est temps d’échapper à son mariage dysfonctionnel avec un homme qu’elle connait à peine, d’abandonner ses responsabilités de bonne fille Satmar et de laisser cours à ses désirs. Indépendamment des obstacles, il est temps, pour elle et son fils, de trouver le chemin du bonheur et de la liberté.

Comment obtenir la vérité dans sa vie : Extraits

Extrait du livre : La dernière fugitive

Les Haymaker se mirent à la traiter comme si elle ne pouvait plus parler. Ils cessèrent de lui poser des questions ou de s’attendre à ce qu’elle prenne part à la conversation. Lorsqu’une nouvelle famille arriva à Faithwell, Jack présenta Honor en disant : « Ma femme a étendu le silence des Réunions à l’ensemble de sa vie. » Elle devint la muette de la communauté, souriant et baissant la tête quand quelqu’un disait quelque chose qui réclamait une réponse. Jack se tournait toujours vers elle le soir, mais sans essayer de lui donner du plaisir, ne prenant que le sien. Au fur et à mesure que son ventre grossissait entre eux, devenant aussi rond et dur qu’une citrouille, il la sollicitait de moins en moins.

D’une certaine façon, elle était bel et bien muette. Sa gorge était tellement serrée qu’elle avait du mal à avaler, même si elle se forçait à manger, pour la santé de l’enfant. Elle avait toujours été taciturne, mais jamais totalement silencieuse. Elle était aujourd’hui soulagée de ne plus parler.Ses mots ne pouv aient plus être compris de travers ; c’était maintenant son silence qui l’était. Et comme elle n’avait plus à énoncer ses pensées pour autrui, au bout d’un moment, Honor put cesser de penser, et se borner à être.

Extrait du livre : Une éducation

Plus je restais assise, immobile, en respirant profondément, pour inhaler le parfum du monde perdu, plus je ressentais sa solidité immuable. Et la nostalgie s’est muée en fatigue.

Peu après 1h30, je me suis couchée. En quittant la pièce, j’ai entrevu le visage de papa figé dans le noir, la lumière de l’écran de télévision dansant sur les verres carrés de ses lunettes.Il était assis là,comme s’il posait, sans aucune agitation, sans aucune gêne, comme s’il y avait une explication parfaitement banale au fait qu’il veille, seul, à près de  heures du matin, en regardant le couple de The Honeymooners, Ralph et Alice Kranden, préparer leur soirée de Noel.

Il m’a semblé plus petit qu’il ne l’était dans la matinée. Sa déception était si enfantine, que je me suis demandé un instant comment Dieu pouvait lui refuser cela. Lui, fidèle serviteur, qui acceptait de souffrir comme Noé avait accepté de souffrir pour construire l’arche.

Mais Dieu avait remis le déluge à plus tard.

Extrait du livre : Unorthodox

« Ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit. » C’est l’adage que j’entends en permanence, de la part de Chaya, des professeures à l’école, des manuels de yiddish. Plus une femme fait de bruit, plus il est probable qu’elle est privée d’intelligence, à l’instar du vase vide qui vibre avec un écho sonore. Un récipient plein ne fait aucun bruit ; il est trop densément rempli pour résonner… On m’a répété un grand nombre de fois au long de mon enfance, mais c’est celui-là qui pique le plus.

J’ai beau essayer, je ne parviens pas à réfréner mon besoin naturel de répondre. Ce n’est pas malin de ma part, je le sais, de toujours vouloir avoir le dernier mot. Il en résulte un monde plein d’ennuis que je pourrais aisément m’épargner si j’apprenais à me tenir tranquille. Pourtant, je ne peux pas laisser passer une erreur sans la remarquer. Il faut que je commente les fautes de grammaire ou les citations inexactes de mes professeures, comme pour remplir mon devoir inexpliqué envers la vérité.Ce comportement m’a catégorisée comme une mechitsef, une insolente.

Comment obtenir la vérité : Bande annonce du film tiré du livre Unorthodox

Alors je précise que le film est différent du livre, et ce même si de nombreux passages se retrouvent. Personnellement, c’est après avoir vu le film que j’ai décidé de lire le livre pour en savoir plus…

Comment obtenir la vérité : Mon approche de ces trois ouvrages

De tout temps, en tout lieu, par le biais de maintes philosophies, de croyances (comprendre aussi par là les croyances politiques, scientifiques, avec les dogmes du moment qui vont bien avec, entre autre chose…), et/ou de nombreuses religions, l’humain a recherché et cherche toujours et encore la vérité. La vérité sur le vivant, la vérité face à ses semblables, la vérité des lois de l’univers, la vérité divine, bref, sa grande quête est celle de LA VÉRITÉ !!!

Ici, au travers de ces trois livres (La dernière fugitive, Une éducation, Unorthodox), nous découvrons trois approches différentes de LA vérité pour trois religions toutes aussi différentes : les quakers, les mormons, les hassidim. Ainsi que LA vérité des héroïnes de ces trois ouvrages, vérités qui diffèrent de leur environnement…

La vérité de la société religieuse des Amis, les quakers

La Société religieuse des Amis est un mouvement religieux fondé en Angleterre au XVIIe siècle par des dissidents de l’Église anglicane. Les membres de ce mouvement sont communément connus sous le nom de quakers mais ils se nomment entre eux « Amis » et « Amies ». Le mouvement est souvent nommé simplement Société des Amis et le surnom de « quaker » apparaît le plus souvent dans la dénomination officielle, sous la forme Société religieuse des Amis (quakers).

La Société des Amis se différencie de la plupart des autres groupes issus du christianisme par l’absence de credo et de structure hiérarchique. Pour les quakers, la croyance religieuse appartient à la sphère personnelle et chacun est libre de ses convictions. Le concept de « lumière intérieure » est cependant partagé par la plupart d’entre eux, quelle que soit la signification donnée à ces mots. De nombreux quakers reconnaissent le christianisme mais ne ressentent pas leur foi comme entrant dans les catégories chrétiennes traditionnelles. (nous dit-on sur wikipédia)

Comment obtenir la vérité dans sa vie : La vérité des mormons

La croyance mormone commence par Joseph Smith à qui il aurait été révélé que toutes les autres religions étaient dans l’erreur. Il crée donc l’église mormone. Les mormons considèrent que les enseignements de Jésus-Christ se sont perdus peu après la mort de celui-ci jusqu’aux révélations données à Joseph Smith. Cette période est appelée « Grande Apostasie ». Les mormons ne sont pas reconnus chrétiens par les autres églises.  Selon la doctrine mormone, la plupart des humains seront sauvés dans un royaume de gloire mais pas tous dans le royaume céleste. (source wikipédia)

Comment obtenir la vérité dans sa vie : La vérité hassidique

Axé sur la piété et la charité, centré sur l’individu dans la relation directe avec Dieu, le hassidisme est un courant mystique du judaïsme fondé au XVIIIe siècle par le rabbin Israël ben Eliezer. Le hassidisme s’oppose à la tradition érudite du judaïsme rabbinique, et constitue une réponse spirituelle à la misère matérielle des communautés juives persécutées de l’Europe orientale. Les hassidim (pieux) insistent particulièrement sur la ferveur et la communion joyeuse avec Dieu, en particulier par le chant et la danse. (source wikipédia)

Quand trois femmes décident de prendre leur vie en main, peu importe leur environnement d’origine

Dans La dernière fugitive, Honor, l’héroïne de ce roman, se retrouve confrontée aux siens, à sa famille religieuse (à défaut de sa famille de sang), elle se doit de faire des choix profonds pour être en accord avec elle-même, quitte à être hors la loi des hommes. Quitte à en perdre la parole, à devenir muette, pendant un temps tout du moins… parce que c’est toujours au fond de soi, au plus profond que l’on trouve sa vérité.

Dans Une éducation, Tara, l’héroïne de ce livre témoignage, doit couper court avec sa famille de sang pour arriver à se réaliser pleinement. Mais est-ce suffisant ? Ne doit-elle pas aller plus loin encore, dans sa quête de vérité ? Qu’a-t-on à perdre et à gagner quand tout se fracasse autour de soi, en soi ?

Dans Unorthodox, Deborah, l’héroïne de ce livre témoignage apprend à laisser libre cours à son cœur, à la voix de son cœur. L’étouffement religieux du monde dans lequel elle vit lui est tellement devenu insupportable qu’elle franchit un point de non-retour, celui de sa pleine autonomie, de sa propre responsabilité, de sa prise en main du bonheur de vivre (et non de survivre sous la coupe des autres, de l’environnement).

Pour conclure

Trois livres sur comment obtenir la vérité, des ouvrages parlant à merveille de la quête de soi , trois livres que je conseille vivement à tout passionné d’histoire avec un grand H, d’histoires comme avec ce roman La dernière fugitive (qui se lit très facilement), ou d’histoires vraies, avec les deux témoignages poignants que sont les livres Une éducation (plus difficile d’accès, selon moi, car ce n’est pas un roman, et de part ce qui y est écrit + la forme choisie) et Unorthodox (se lit comme un roman)… !

Comment obtenir la vérité

Pour lire ce roman, pour découvrir cette histoire, cette quête de soi et de vérité vue par Tracy Chevalier, pour l’avoir dans ma bibliothèque, je clique ici : La dernière fugitive

Pour lire ce roman, ce témoignage poignant de Tara Westover, pour l’avoir dans ma bibliothèque, je clique ici : Une éducation

Pour lire ce témoignage de Deborah Feldman, pour l’avoir dans ma bibliothèque, je clique ici : Unorthodox

Odile