La soif de pouvoir : Le choix du roi

La soif de pouvoir vue au travers du livre de Solène Bauché, Le choix du roi. Oui, parce que pour devenir roi, pour devenir celui qui fut Charlemagne, pour édifier tout un empire, il fallait une sacrée soif de pouvoir et de capacité à faire des choix ! Et en même temps, la soif de pouvoir est aussi une étape indispensable lors de la quête de soi…

la soif de pouvoir

 

Solène Bauché

Née en 1987 en Bretagne, Solène Bauché est passionnée de littérature depuis son plus jeune âge. Après une licence de droit, Solène part pendant un an à Boston et New York. Depuis son retour, elle vit à Nantes, sa ville de cœur. Touche-à-tout, elle lit et écrit en variant les genres et se passionne également pour la correction et la traduction. Le Choix du Roi est son premier roman, nous dit-on sur le site Librinova.

.

La soif de pouvoir, avec le résumé du livre, Le choix du roi

Royaume des Francs, 792. L’heure est grave : Charlemagne vient d’apprendre que son fils d’un premier lit, Pépin le Bossu, a conspiré contre lui. Le roi est loin d’avoir été un père idéal, mais la sentence est sans appel : le jeune traître doit rejoindre un monastère et y demeurer le restant de ses jours. Peu enclin à faire amende honorable et encore moins à devenir un homme de Dieu, Pépin dépérit. L’héritier déchu est loin de se douter que c’est par une entremise des plus inattendues que viendra son salut, avant d’entamer un périlleux voyage vers l’inconnu… Un récit d’aventures teinté de fantastique dans lequel les voix se croisent et l’Histoire se mêle à l’Imaginaire.

Extraits :

J’avais rêvé qu’on me volait ma couronne. Mes assaillants n’avaient rien d’identifiable. Leur figure était lisse, à peine parée d’yeux vides, sans âme, comme sculptés à même leur peau. Ce n’était pas la première fois que ces visions m’apparaissaient. C’était le prix de la royauté. L’angoisse d’être déchu, de devenir un homme parmi les hommes ou pire, de quitter ce monde en sachant son royaume entre de mauvaises mains. Que cette peur ne m’ait jamais taraudé eut été intolérable.

***

– Il a fait de ta vie aussi un enfer, pourtant.

– C’est vrai, il n’a rien fait pour empêcher qu’elle le devienne. J’ai été très malheureuse quand j’ai compris que je ne comptais pas pour lui. Mais dois-je le blâmer pour tout ce qui m’est arrivé ? Il n’a jamais figuré que de très loin dans mon histoire.

– N’était-ce pas son devoir d’être présent ? De faire de meilleurs choix ?

D’aucuns prétendent que les rois n’ont pas de devoirs sinon celui d’assurer la pérennité de leur royaume. Je ne suis pas d’accord. Je méritais mieux, je te l’accorde. C’est pourquoi je lui demanderais des comptes, si d’aventure nos chemins se croisaient.

***

Lorsque je descendis de la carriole, après presque deux jours de voyage, je découvris une grande villa dont la cour était envahie par le bétail. Des effluves de fange mêlée de bouse saisirent mes narines sensibles et peu accoutumées à la puanteur. Des volailles grasses et bavardes s’ébrouaient dans des flaques d’eau et tout me semblait sale, en comparaison du couvent qui n’avait d’odeur que celle de la vieille pierre humide. Quelques écuyers et une fille de ferme pas encore sortie de l’enfance interrompirent leurs besognes respectives. Mal à l’aise, je sentis leurs regards suivre les quelques pas chancelants que mes jambes engourdies esquissèrent maladroitement hors de l’équipage. Je relevai fièrement le menton et époussetai les plis invisibles de ma robe grossière.

1) Approche subjective de ce livre

Avertissement : Ne lisez pas ce qui suit si vous êtes trop influençable. Passez directement à l’approche objective qui se trouve plus bas. Ceci est une approche subjective, donc qui ne concerne que mes sensations/impressions personnelles que je me dois de fournir pour être franche, pour être honnête. Elles n’engagent que moi.

J’ai accepté de faire ce service de presse suite à la demande envoyée par Solène Bauché : “Je me permets de vous inviter à découvrir mon roman, Le Choix du Roi. Si vous aimez l’Histoire, le fantastique, l’aventure, les relations familiales compliquées et les destins semés d’embûches, alors ce roman a des chances de vous plaire !” Et je confirme, cela a bien été le cas ! Donc un grand merci à Solène pour sa confiance et pour cette belle découverte de ses écrits.

Un livre avec plusieurs grandes parties : la première avec la soif de pouvoir du roi Charles

La première grande partie étant celle qui pourra peut-être sembler un peu trop longue et qui présente tout simplement le roi Charles avec la soif de pouvoir qui est la sienne, où plus exactement celui qui va le devenir, roi. Celui qui va devenir Charlemagne et se retrouver à la tête de tout un empire. On y retrouve son parcours, les difficultés de partages de territoires à la mort de son père, Pépin le Bref, les mariages, les conflits, les guerres, les naissances, tout y passe. On y retrouve aussi l’ami fidèle avec Roland ! et sa perte immense à Roncevaux (guerre avec les Basques), etc.

La première partie est la partie que je vais qualifier de purement Historique.

Et puis, et puis, soudain, dans la deuxième partie, tout bascule dans un nouveau monde, celui des proches du roi. Tout bascule aussi pour entrer dans un monde fantastique et là, le livre prend une toute autre dimension, celle où Solène Bauché prend son envol.

Alors autant le préciser, en ce qui me concerne, j’ai bien aimé et apprécié la première partie. A la fois pour la beauté de l’écriture et pour les récits historiques, en plus du roman en lui-même. Mais il était temps de passer à la seconde partie ! Véritable envolée qui a fait ma joie.

Un livre aussi partagé en intermèdes, selon les points de vue des différents protagonistes, et tous avec la soif de pouvoir qui correspond à leur échelle

Dans Le choix du roi, Solène Bauché nous fait découvrir chacun de ses personnages importants, de l’intérieur, du dedans. Il y a certes, le regard des uns et des autres sur ceux d’en face, mais il y a aussi le point de vue de chacun sur eux-mêmes, ce point de vue qui retrace leur propre existence et leur ressenti. Et ça, c’est toujours quelque chose qui me touche beaucoup. Entrer dans la peau de quelqu’un, avec le regard de la personne concernée, rien de tel pour voyager dans le monde incroyable de chaque personnage du roman.

J’ai l’habitude de dire que dans la vie, dans la vraie vie ! chaque personne est toujours un pays différent à découvrir, et c’est exactement ce que nous propose de faire Solène Bauché dans son ouvrage.

Enfin, au milieu de toute cette quête de pouvoir il y a aussi, bien évidemment, la quête de soi en ligne de mire. Cette quête que chacun va appréhender différemment au fur et à mesure des avancées de l’histoire.

Tous les sentiments humains sont présents, des plus abjects aux plus beaux

Les personnages les plus haïssables étant présents (voir clichés ci-dessous), je me suis donc retrouvée ballottée entre des envies de meurtres dans les pires tortures, des désirs puissants de fuites et des joies intenses pour ne pas dire des jubilations après des calmes plats. J’ai vraiment adoré tous ces passages dits “teinté de fantastique” dans le résumé du livre.

On comprend ce besoin de pouvoir des uns et des autres au fur et à mesure de la lecture. Plus exactement encore, je dirai ce besoin de reprendre son propre pouvoir, au milieu de cet idéal humain de conquêtes, de religions (avec cette volonté forte de christianiser les peuples), de croyances.

Présence de personnages typés clichés

Ici, les mauvais, les vilains pas beaux, mais alors les vraiment affreux/vilains/méchants/tordus/pas beaux, le restent du début à la fin. Ces personnages-là ne sont pas en demi-teintes, ils sont tout noir de bout en bout. Ils ne font pas partie des personnages principaux et n’ont donc pas cette ouverture dont je parlais plus haut, à savoir cette possibilité d’entrer en empathie avec eux. Pas moyen de comprendre leurs réflexions, leur parcours de vie. Ce sont les méchants du livre. Ils sont monstrueux, point barre.

Ma conclusion : un savoureux moment de lecture

Il y avait longtemps que je n’avais pas lu de roman historique, alors que j’adore ça ! et j’avoue que ce livre de Solène Bauché est tombé à point nommé. Un réel plaisir de lecture pour moi, vraiment.

De l’Histoire avec un grand H. De l’aventure, du dépaysement, des intrigues, des sensations, et ! une très belle écriture. 

Une chose est certaine, je vais suivre de près les futures parutions de cette auteure. Merci encore, Solène, d’être venu jusqu’à moi pour me proposer ce SP. Un très beau premier roman.

2) Approche objective du livre, si tant est que ce soit possible

Quand la soif de pouvoir d’un homme bouleverse la vie de ses proches

Devenir roi, prendre des décisions favorisant la mise en place d’un empire, cela a forcément des répercussions, des conséquences. Ici, dans le livre de Solène Bauché, le roi Charles se trouve devant des choix et des décisions qu’il va devoir assumer jusqu’à la fin de ses jours, comme tout un chacun. La seule différence, c’est la portée forcément démesurée de ces choix, que ce soit au niveau des peuples, comme au niveau de ses proches.

Sacrifier une partie des siens à l’aune du pouvoir, c’est ainsi que commence l’épopée du roi Charles.

Quand une dimension teintée de fantastique élève les personnages

Après une première partie très historique, nous entrons avec délectation dans la deuxième partie du roman pour y découvrir un nouveau monde avec des facultés dites fantastiques. Des personnages centraux avec des pouvoirs de guérisseurs apparaissent dans l’histoire, comme pour panser les plaies laissées par les décisions d’un homme devenu roi, d’un homme s’écartant de l’aspect humain pour devenir machine de guerre et de convoitise au nom de la chrétienté.

C’est une très belle approche que celle-là, guérir, panser les plaies, restaurer le bien-être de chacun. C’est à cela que s’attellent plusieurs personnages du roman, tout en étant au milieu de turpitudes plus violentes les unes que les autres.

Secousses garanties.

La soif de pouvoir ne va pourtant pas uniquement au roi ! Non. Elle secoue aussi tous ceux qui, à leur manière, traversent cette histoire. Presque jusqu’au dernier moment, la soif de pouvoir des uns et des autres, des uns sur les autres, en guise de revanche sur la vie, en guise de représailles, en guise de vengeances, va mener la danse. La soif de pouvoir qui court à grands pas vers la quête de soi. Parce que oui, la soif de pouvoir est une étape indispensable lors de la quête de soi ! et ce pour tout un chacun. C’est une façon détournée d’aller à la reconquête de son propre pouvoir intérieur.

Un très beau premier roman

Le choix du roi est un très beau premier roman historique, de Solène Bauché, que je conseille vivement à tous ceux qui aiment à la fois les récits historiques et les envolées fantastiques, les aventures et les aspects plus psychologiques des personnages. Sans oublier la très belle plume de l’auteure.

la soif de pouvoir

Pour lire ce roman historique, pour découvrir toute l’étendue de la soif de pouvoir qui se trouve dans ce livre, de cette quête du pouvoir et de soi vue par Solène Bauché, pour l’avoir dans ma bibliothèque, je clique ici : Le choix du roi

Odile

  • 100
    Partages
  • 100
    Partages