Quelle différence entre auteur et écrivain ?

Quelle différence entre auteur et écrivain est réellement de mise au milieu de toutes les supputations habituelles ? Comment se présenter lorsque l’on écrit ? Suis-je un auteur ou un écrivain ? Est-ce prétentieux de se considérer comme écrivain alors qu’on n’a pas écrit de chef-d’oeuvre ? etc.

quelle différence entre auteur et écrivain

(crédit photo StarGlade)

 

Beaucoup de personnes se trouvent à un moment donné devant ces grandes questions existentielles lorsqu’elles écrivent et qu’elles doivent répondre aux questions de ceux qui les entourent. Lorsqu’on leur pose cette satanée question : “Et toi, qu’est-ce que tu fais dans la vie ?” hmmm ? Du coup :

  • Puis-je me considérer comme un écrivain ?
  • Suis-je un écrivain ou est-ce prétentieux de ma part de me considérer comme tel ?
  • Suis-je un auteur et pas un écrivain ? Et si oui, pourquoi ?
  • Ne suis-je rien de tout cela tant que je n’ai rien publié ?
  • Faut-il être reconnu par un tiers ou par une maison d’édition pour se considérer comme un écrivain ?
  • Faut-il être rémunéré pour la vente de ses livres pour prétendre être un écrivain ? Ou pour prétendre être un écrivain professionnel ?

Oui, parce qu’en plus de se demander si l’on est un auteur ou un écrivain, il y a aussi le fait de se demander si l’on est un professionnel ou un amateur, sans parler des histoires de féminisation des appellations en question : auteur(e), autrice, écrivain(e)… Ah la la, les classifications… Mais bon, haut les cœurs ! Allons-y, c’est parti !!!

Un petit retour aux sources s’impose

Mon retour aux sources passent toujours par l’étymologie des mots et non par le dictionnaire et ce qu’il en dit. Pourquoi ? Parce que pour connaître le sens exact d’un mot il faut passer par d’où il vient. Il faut connaître son origine et pas se contenter de lire une définition qui change souvent au gré des époques avec des significations secondaires qui finissent par tout embrouiller.

quelle différence entre auteur et écrivain

Scribes en plein travail. (crédit photo pcdazero)

Écrivain, étymologie :

Du latin scriba (« scribe »). De scribo (« écrire »).

Personne dont l’occupation consiste à écrire des ouvrages.

Auteur, étymologie :

Du latin auctor (« agent, auteur, fondateur, instigateur », « conseiller », en droit « garant d’une vente »), dérivé de augere (« faire croître » dans le sens de « augmenter »).

Autrice, étymologie :

(1521) sous la forme « auctrice » puis sous la forme actuelle en 1582. Du latin auctrix (« faire croître, accroître »), (« agente, autrice, fondatrice, instigatrice », « conseillère », en droit « garante d’une vente »). Le nom, encore actif dans la première moitié du XXe siècle, est en remontée.

***

A ceux-là, j’ajoute encore “rédacteur”, histoire de montrer que le vaste monde de l’écriture ne se limite pas à définir auteur et écrivain (voir plus bas, d’autres appellations), mais bon, ça, vous le saviez déjà.

Rédacteur, étymologie :

(1722) Dérivé savant de rédiger, apparenté à rédaction et formé avec le suffixe -eur sur le supin latin redactum de redigo. Du latin redigere (« ramener, réduire ») qui a pris le sens, en latin médiéval de « réduire, résumer (par écrit) » : redigere in scriptis, de là : « mettre par écrit dans une certaine forme ».

Mettre par écrit, en bon ordre, dans un style clair et convenable, des lois, des règlements, des décisions, des résolutions prises dans une assemblée, ou les matériaux d’un ouvrage, ou les idées fournies en commun pour quelque écrit que ce soit, etc.

quelle différence entre auteur et écrivain

(crédit photo StarGlade)

Les réponses aux questions dont, quelle différence entre auteur et écrivain, sur la base étymologique

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, je me dois encore de préciser un point qui me semble essentiel, c’est la diversité des termes, des mots pour parler de l’écrivain et de l’auteur. La langue française est une langue riche, et donc, vouloir la limiter à ses deux mots est d’office se fourvoyer sur le sens des choses, sur les réponses possibles à ces fameuses questions qui en turlupinent plus d’un et plus d’une.

Il y a donc toutes sortes de noms, de nuances subtiles et variées, de synonymes autour du mot écrivain qui, je le rappelle, est celui qui écrit des ouvrages : écrivain public, écrivailleur, écrivaillon, écrivaine, écrivant, écrivassier, éditorialiste, annotateur, épistolier, artiste, auteur, barbouilleur, biographe, calligraphe, chroniqueur, comique, commentateur, compilateur, copiste, dramaturge, employé, essayiste, exégète, gendelettre, glossateur, gratte-papier, greffier, historien, journaliste, librettiste, littérateur, logographe, nouvelliste, pamphlétaire, pisse-copie, plumitif, poète, polygraphe, prosateur, publiciste, rédacteur, romancier, scribe, scribouillard, scripteur, styliste, tragique, vaudevilliste, commis aux écritures, faiseur de livres, homme de lettres, homme de plume, etc.

Un écrivain est donc tout cela à la fois ! Le moins que l’on puisse dire c’est que nous sommes loin des raccourcis des premières questions de cet article… A savoir celles que j’ai noté suite à différentes discussions trouvées sur les réseaux sociaux.

Quand les nuances sont perdues, avec la perte du vocabulaire

Avec la liste ci-dessus, des synonymes du mot écrivain, nous prenons d’un seul coup toute la mesure de la perte de notre vocabulaire. Car vouloir dénigrer untel parce qu’il se dit écrivain et que vous n’appréciez pas ses écrits, c’est juste vous planter, vous fourvoyer sur les termes.

Vous trouvez qu’untel est prétentieux en se qualifiant d’écrivain ? Pour vous il est quoi, un écrivaillon ? un pisse-copie ? un gratte-papier ? A moins qu’il ne soit plutôt un rédacteur ? un éditorialiste ? un journaliste ?

Et vous qui écrivez, dans quoi allez-vous plutôt vous placer ? hmmm ? Car dans cette liste il y a à la fois des termes que je vais qualifier de neutres, d’autres plutôt élogieux et d’autres qui piétinent à qui mieux mieux ceux et celles qui s’en trouvent affublés !

Mais encore une fois, à la base, se sont tous des ÉCRIVAINS.

En fait, c’est à chacun de voir en fonction de son ressenti personnel, de son jugement. Et qui dit jugement dit aussi approche subjective et objective.

Le fait de n’avoir encore rien publié n’a absolument rien à voir avec le fait d’être un écrivain ou pas, puisque pour être un écrivain, il suffit d’écrire. De même il n’y a pas besoin d’être reconnu par une maison d’édition pour se considérer comme tel. Pas besoin non plus d’être un professionnel et de gagner de l’argent. Toutes ces considérations n’ont rien à voir avec le fait d’être : un écrivain.

D’ailleurs à ce propos, je fais tout de même remarquer au passage que nombre d’écrivains du passé n’ont gagné de l’argent… qu’à titre posthume ! Ils n’en étaient pas moins écrivains de leur vivant.

L’auteur : ce créateur de projet

Auteur tout comme autrice sont donc à la base les créateurs de quelque chose, auteur ou autrice d’un projet, par exemple. Ils sont à la source du projet en question. S’il s’agit une bande dessinée ils en sont les auteurs ou autrices (co-auteurs avec le dessinateur et celui qui écrit les textes, par exemple). S’il s’agit d’un projet en équipe, comme pour un livre de recettes de cuisine (les photos, la mise en page, etc.), c’est pareil.

Ainsi un écrivain peut tout à fait être aussi un auteur s’il est créateur d’un projet : un livre. Alors qu’un auteur n’est pas forcément un écrivain (voir l’exemple du dessinateur d’une BD).

Quelle différence entre auteur et écrivain : ma réponse dans la langue des oiseaux

Et puis il y a votre vérité à vous. Celle qui vous correspond à 100%, celle qui vous colle à la peau et, peu importe ce que peuvent en penser les autres. Cette vérité là je vous la donne avec la version que je préfère, celle qui me parle dans un langage que j’aime beaucoup, la langue des oiseaux.

Ainsi l’auteur peut prendre son envol et s’en aller sur les hautes sphères de la création, il prend de la HAUTEUR. Il créé un nouveau monde, un projet, un égrégore, une pièce de théâtre, une bande dessinée en collaboration avec un autre auteur (il y a alors deux co-auteurs, l’un est dessinateur, l’autre est écrivain : les deux sont les auteurs de la BD), que sais-je encore…

L’écrivain, lui, sait bien que les écrits sont vains. Il sait que pour que ses écrits prennent une nouvelle dimension, pour qu’ils prennent de la HAUTEUR ! Il faudra d’abord qu’ils imprègnent le réel, qu’ils arrivent à devenir matière, solide, qu’ils prennent forme, qu’ils soient consistants pour enfin prendre vie.

Voilà pour moi, quelle différence entre auteur et écrivain. L’un est déjà dans les hautes sphères pendant que l’autre doit tout mettre en oeuvre pour y arriver.  

Odile

  • 94
    Partages
  • 94
    Partages