Tantrisme spirituel et sexualité sacrée : Le philosophe amoureux

Tantrisme spirituel et sexualité sacrée au travers du livre de Claude Louis Roudil, un roman initiatique : Le philosophe amoureux – Un éveil pour le Tantrisme. 

tantrisme spirituel et sexualité sacrée

Présentation de l’auteur

tantrisme spirituel et sexualité sacrée

Claude Louis Roudil (CLR)

Claude Louis Roudil est un spécialiste de la psychologie de l’éveil. Il a écrit de nombreux ouvrages philosophiques et pragmatiques, romans et livres  pédagogiques pour aider chaque individu à découvrir la voie qui lui convient le mieux. Celle qui l’aidera à trouver par lui-même sa liberté. (nous dit lui-même, Claude Louis Roudil, dans sa présentation auteur d’amazon)

 

.

Résumé :

Comment rendre accessible au plus grand nombre le Tantra cette science secrète et sacrée de la sexualité si ce n’est en partageant une expérience dans un roman initiatique ?
Tout le long de l’ouvrage, Fabien raconte son parcours original sur une vingtaine d’années de recherche personnelle et de rencontres sentimentales riches en aventures scabreuses et amusantes, jusqu’à sa rencontre avec le Zen, étape finale qui lui apportera enfin la sérénité et la paix de l’esprit.
« Le philosophe amoureux » est un livre d’éveil et de développement personnel tout autant qu’un roman d’amour.

Extrait :

Avant de vouloir être un autre, avant de changer, tu dois d’abord être toi-même, assumer ta personnalité. Et elle lui répétait “qu’il était impossible de perdre quelque chose qui n’avait jamais existé donc qu’il fallait déjà avoir un ego suffisamment fort pour pouvoir le transcender.”

Selon elle, toute personne dont le narcissisme serait insuffisant, devrait toute sa vie, chercher inlassablement à se compléter, au détriment des autres, de ses enfants, cette personne souffrirait, mais elle n’aurait aucune chance d’évoluer vers l’éveil.

Approche totalement subjective de ce roman initiatique

C’est à l’occasion d’une offre gratuite sur le net, sur amazon, que je suis tombée sur le livre de Claude Louis Roudil. Bon, qui dit offre gratuite ne veut pas dire que je vais me ruer dessus. Non. Parce qu’il faut d’abord que le sujet m’interpelle ! Parce qu’il faut ensuite qu’il soit traité de façon relativement digeste, enfin à mon niveau.

Oui, parce que ma toute première chronique m’avait tout d’abord laissée un goût âcre en bouche, donc j’y regarde maintenant à deux fois avant de me lancer. Chat échaudé craint l’eau froide, comme on dit…

Tantrisme spirituel et sexualité sacrée, un sujet qui m’a longtemps titillé

Il y a plusieurs années, alors que j’étais dans une période exacerbée au niveau de ma sexualité (comprendre par là que j’étais tombée en pleine érotomanie, or au niveau parcours initiatique, rien de tel que les excès pour avancer !), j’étais très à l’écoute et en recherche de tout ce qui traitait de près ou de loin au tantrisme. Ce livre faisait donc un rappel à celle que j’étais il y a longtemps, et ce même si le sujet ne m’est plus rien aujourd’hui. Disons que “l’occasion fait le larron” pour poursuivre dans les proverbes et autres citations…

Donc oui, le livre était gratuit, alors pourquoi pas en apprendre un peu plus, des fois que ! C’est ainsi que j’ai commencé ma lecture, avec cet état d’esprit là.

Il n’y a pas de hasard

J’ai donc décidé de faire une chronique de ce livre de Claude Louis Roudil alors qu’au départ je pensais juste le lire et puis passer à autre chose. Un peu comme lorsque l’on décide de prendre une sucrerie et qu’on revient ensuite à ce qui nourrit vraiment. Et en fait, je me suis aperçu d’une chose en refermant ce livre, c’est qu’il avait été l’occasion pour moi de fermer en même temps ce que j’avais omis de fermer derrière moi il y a plusieurs années : la porte du tantrisme.

Hou là ! En voilà une curieuse façon de voir ! Ne faut-il pas au contraire laisser toutes les portes grandes ouvertes ! Ne faut-il pas éviter de se cloisonner !?

En fait, tout dépend du parcours de chacun. Le mien n’est pas celui du voisin ni le vôtre. Et comme j’aime à le dire, la liberté se trouve toujours au cœur même des limites, je n’ai donc nul besoin, nulle nécessité de me faire embarquer par tous les courants d’air qui passeraient si toutes mes portes restaient ouvertes.

A partir du moment où une personne a trouvé son équilibre, son bien-être. A partir du moment où cette même personne est sereine avec elle-même (et donc dans la foulée avec le monde), il n’y a plus besoin de courir dans tous les sens pour se trouver des bouffées d’oxygène : tout cela se passe, se fait automatiquement en interne, en soi.

Donc oui, comme le dit Claude Louis Roudil dans son ouvrage, il n’y a pas de hasard. Grand merci à lui pour cette occasion magnifique en ce qui me concerne.

Il n’y a pas de hasard, deuxième approche

Pour cette chronique j’ai choisi, comme à chaque fois, un extrait du livre. Ici il s’agit d’un très court extrait car il symbolisait à lui seul tout ce qui m’importait dans cet ouvrage.

J’ai choisi cet extrait, que je vous invite à relire, parce qu’il représente exactement là où j’en suis, et ce depuis plusieurs années maintenant. Je n’ai plus besoin d’être complétée parce que j’assume entièrement ma propre personnalité. En clair : je me suffis à moi-même. 

Ce grand vide, cet espace infini, ce grand trou noir empli d’amour, je suis tombée dedans il y a longtemps. C’est après avoir littéralement explosé en plein vol d’excès érotomaniaque (je vais dire ça comme ça) que je me suis retrouvée projetée dans ce prétendu néant qui est tout, sauf un néant, mais qui terrifie pourtant beaucoup de gens.

Et ça, c’est quelque chose qui vous change pour votre vie entière ! et qui offre ce luxe incroyable d’être en paix.

Alors, non que je vive en ermite au fin fond d’une grotte ou en haut d’une montagne ! J’ai une activité de chambres d’hôtes, donc pour le côté ermite on repassera… Mais j’aime être seule avec moi-même. Oui, j’aime ma compagnie, j’y trouve une satisfaction immense. Et, à l’inverse de ce que j’ai lu dans le livre de Claude Louis Roudil, pas besoin d’être du genre poète ni d’être mélancolique, ou que sais-je d’autre encore, pour apprécier d’être seul, pour savourer sa propre compagnie.

De même j’apprécie tout autant les moments avec les membres de ma famille ou les voyageurs qui passent chez moi ! Je suis d’autant plus présente, disponible à leurs côtés, que j’ai des moments pour moi, face à moi-même, le reste du temps.

Idéalisme et égrégore de mon cœur

Dans Le philosophe amoureux, l’auteur retraçant la vie d’un professeur de philosophie nous entraîne dans tous ses questionnements et dans sa façon de voir les choses. Ainsi, il est amené à nous parler des idéaux humains. Alors à ce propos, je ne pouvais sciemment pas me taire. Non. Il fallait que je m’exprime ! Oui, parce qu’à la différence de Fabien, le professeur de philo du livre, l’idéal est quelque chose qui me tient à cœur. Je m’explique.

Quoique nous fassions, que nous pensions en ce monde, nous intégrons toujours un idéal et dans la foulée, un égrégore. Penser qu’en passant par le zen ou par le tantrisme ou par je ne sais quelle autre approche spirituelle, métaphysique, etc. on échappe à cette règle est juste, selon moi, se fourrer le doigt dans l’œil et ce jusqu’au coude. Ouille ! Oui, ça fait très mal.

C’est quoi un égrégore ? C’est une conscience partagée qui permet, à forte concentration d’énergie, de donner forme, vie, à un idéal (par exemple).

Plus haut je parlais de fermer une porte, celle du tantrisme. C’est une façon de parler imagée, parce qu’au fond de moi je sais pertinemment que ce n’est pas possible puisque tout circule toujours partout, qu’on le veuille ou non. La différence étant que l’on choisi de s’arrêter et de regarder, ou pas, là où quelque chose se présente à nous.

Tout est onde, mouvements perpétuels, tout circule toujours partout ! Il n’y a aucune frontière, sauf là où nous décidons d’en construire mentalement et physiquement, pour un temps. Où ! Parce que nous avons franchi une sorte de “nouvel espace temps” qui nous met d’office à l’écart d’autrui (tout en pouvant les observer).

Approche plus objective

Tantrisme spirituel et sexualité sacrée, bien plus un livre de pensées qu’un roman

C’est au travers des écrits d’un professeur de philosophie, Fabien, que nous cheminons de concert avec lui dans ce livre. Cet ouvrage est présenté comme étant un roman, je ne peux pourtant pas le voir ainsi après ma lecture. Il est plus à mes yeux un ouvrage de pensées multiples et variées qu’un roman, et ce même si nous suivons la vie de Fabien sur une vingtaine d’années.

Des personnages pittoresques jalonnent cet ouvrage

Florilège :

  • Les deux filles de Fabien, des jumelles séparées dès leur plus tendre enfance et élevées dans deux pays diamétralement opposés (la France et la Chine) tout en gardant contact via Internet, puis en se retrouvant physiquement à diverses périodes de leur existence.
  • Un perroquet vivant en liberté dans une maison et un jardin, accessoirement aussi chez les voisins !
  • Un énorme lapin venant rejoindre le perroquet et vivant avec lui, en pleine liberté dans les mêmes lieux, un amour typiquement dans le besoin de complétude.
  • La voisine de Fabien, qui après de nombreux “métiers” devient sa compagne de tantra.
  • Une femme, qui sera le guide de Fabien, au niveau du tantrisme.

Ma conclusion, le philosophe amoureux, un livre, une lecture que je qualifierai plutôt de typiquement philosophique, pour les adeptes du genre !

tantrisme spirituel et sexualité sacrée

Pour lire ce “roman”, pour découvrir toute l’approche de ce tantrisme spirituel et sexualité sacrée qui se trouve dans ce livre et, également, de cette quête de soi vue par Claude Louis Roudil, pour l’avoir dans ma bibliothèque, je clique ici : Le philosophe amoureux : Un éveil pour le Tantrisme

Odile

  • 95
    Partages
  • 95
    Partages